De stille geluiden van de winternacht
Het fluitende hijgende geluid van iemand die ademen
Als iemand die kwaad is op de goden
Een nachtuil die geduldig wacht op een muis
En tussendoor haar droevige schemerlied laat horen
Ik luister naar Brussel met mijn ogen dicht

Extrait de « Ik luister naar Brussel met mijn ogen dicht » de Shilemeza Prins.

Regarder ici la vidéo du poème complet

________

« Je suis Shilemeza Prince et je suis vivante. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter et nous discuterons. » est ce qu’elle aimerait voir écrit ici.

Shilemeza aime les contacts sociaux et c’est pourquoi elle souhaite établir un contact avec ses partenaires de discussion. Elle est convaincue que ce n’est qu’avec ce sentiment de proximité que l’on peut apprendre quelque chose sur l’autre personne, et ce n’est qu’en apprenant quelque chose sur l’autre personne que l’on apprend quelque chose sur soi-même. La chaleur de Shilemeza, son amour du monde et sa passion positive sont des qualités qu’il vaut mieux vivre en personne et qu’il est difficile de saisir par écrit.

Il est donc normal que Shilemeza Prins (originaire d’Afrique du Sud, active au sein de Globe Aroma depuis 2006) soit une artiste des mots. Son amour pour la langue est également à l’origine de son lien avec Globe Aroma. La langue maternelle de Shilemeza est la langue sud-africaine, proche du néerlandais. Lorsqu’elle est venue vivre à Bruxelles il y a seize ans, le néerlandais était moins courant, y compris dans les organisations proposant des collaborations aux nouveaux arrivants en Belgique. Elle a été ravie lorsqu’elle a trouvé un endroit où les néerlandophones étaient présents. De cette façon, elle pouvait continuer à honorer pleinement ses jeux de mots dans un parent de sa propre langue.

Cette joie dans sa façon de parler est aussi une passion quotidienne. Dans sa poésie, elle parle souvent de choses quotidiennes qu’elle rencontre et trouve belles. Shilemeza écrit beaucoup à partir de son ventre avec un regard positif sur le monde. Ce caractère positif dans son travail donne de l’énergie. Lorsque les gens rient, cette énergie remplit la pièce et est transmise aux autres. Shilemeza fait ainsi référence à l’Ubuntu, un concept d’Afrique du Sud qui signifie « Je suis humain à travers l’autre humain ».

Mais cela ne s’arrête pas là. Elle est convaincue que c’est aussi notre rôle, en tant qu’artistes, de critiquer et de combattre l’injustice. C’est pourquoi sa poésie a également pour thème la société. « Être positif est nécessaire, mais si quelque chose n’est pas juste, il faut aussi le dire. Nous avons cette responsabilité envers nos enfants. »

Outre ses propres expérimentations linguistiques, Shilemeza est également active dans divers projets de Globe Aroma. Elle est principalement impliquée dans les activités d’ESPACE FXMME. Elle a le sentiment que tout le monde, quelle que soit son origine, son statut ou son âge, est sur un pied d’égalité. Chacun apprend de l’autre et est également prêt à s’ouvrir à l’apprentissage. Une étude de matière ou de technique est alors examinée et partagée par les différents participants selon leur propre point de vue. De cette façon, les connaissances des différentes nationalités sont transférées les unes aux autres. Lorsqu’une personne n’est pas au même niveau que le reste du groupe, ils essaient d’abord de l’amener au niveau du groupe. Si cela n’est pas possible, le groupe s’adapte au niveau de cette personne. Cela crée un bel équilibre où personne ne prendra le dessus.

Un projet sur lequel Shilemeza aime revenir est «  »txt, is not written plain ». Le projet, initié par l’artiste Hana Miletić, a donné lieu à une exposition itinérante aux Pays-Bas et en Belgique dans laquelle le textile a joué un rôle central. Shilemeza y a par exemple appris une technique de tissage géorgienne typique grâce à Salome Grdzelischvili. La contribution de Shilemeza a alors été d’écrire des poèmes qui expriment le sentiment du tissu. Sa poésie a ensuite été récitée par d’autres personnes ayant participé au projet et ce texte parlé a été enregistré pour être exposé dans l’installation.

La beauté de la chose, c’est que lorsqu’elle écrit un poème, Shilemeza ne veut pas s’approprier les mots. Après avoir formulé la composition, elle renvoie son œuvre dans le monde. Elle le fait en le faisant lire par les autres personnes qui l’ont inspirée à l’origine. Ainsi, l’œuvre de Shilemeza incarne une fois de plus, avec générosité et avec le cœur, la philosophie de vie Ubuntu.